Je me sens pluvieux

La météo ayant prévu un temps variable ce matin et pluvieux cet après-midi, je me suis levé une heure plus tôt pour être dans mon métro favori à 8h30. J’ai ré-téléchargé l’appli « Moovit » sur mon téléphone, ce qui me permet de me rendre au mieux en transport en commun au quartier de l’Alfurada. Le quartier le plus aval sur la rive sud du Douro. C’est donc, en fait, à Vila Nova de Gaia. Le bus me dépose tout en haut du quartier. La vue est très sympa, le ciel est encore lumineux.

Le quartier Afurada, à l’embouchure du Douro

Ce quartier, à peine à l’écart, n’est que peu visité par les touristes. A défaut d’être totalement typique, c’est agréable de trouver le calme des petites rues pavées. En ce samedi matin, c’est jour de marché sur les quais. Juste en face, des halles toutes neuves accueillent les produits frais et bien entendu (je suis venu pour ça) le marché aux poissons.

Le marché aux poissons du quartier Afurada

Le coté neuf, métallique, carrelé de l’endroit enlève beaucoup de charme. Je discute un peu avec une marchande de poissons dont la fille est installée à Nîmes. Par hasard, je trouve le lavoir public qui fait aussi parti de la visite. Ce sont deux femmes qui en sortent avec des cuvettes pleines de linge qui attirent mon attention. Moi qui m’attendais à trouver un bâtiment antique … il date de 2003 !!

Je poursuis ma flânerie sur la marina. Nous sommes à marée basse et donc les pontons sont au bas des pylônes. Rien d’extraordinaire, mais j’ai toujours aimé l’esthétique des bateaux, le bruit des câbles qui claquent et le cri des mouettes. La marina est installée sur les rives du fleuve à quelques centaines de mètres de l’océan.

Grace à Moovit, je trouve le bus qui m’amène sur la côte atlantique. Parce que je n’ai pas encore vu l’océan depuis que je suis à Porto ! Le quartier s’appelle Foz de Douro. Une belle avenue sert de front de mer avec ce charme désuet des stations balnéaires. Cette fois, le temps est maussade et cela donne un coté « spleen » à cette promenade. C’est samedi, il y a beaucoup de joggeurs, malgré la météo peu favorable.

Le bord de mer à Foz de Douro

En poursuivant plein sud ce front de mer, j’arrive à l’ancien fort ainsi qu’au phare au bout de sa jetée qui délimitent l’embouchure du Douro. De l’autre coté, malgré la visibilité réduite, je peux apercevoir le quartier ou j’étais il y a une heure ! Je m’avance sur la jetée pour profiter des vagues spectaculaires sous un ciel de plomb.

C’est dans le bus qui me ramène à la station de métro « casa da musica » que la pluie commence à tomber fort. J’entre donc dans ce bâtiment étonnant un peu avant midi pour apprendre que la prochaine visite est à 16h00 !! En Portugais, parce que c’est le week-end ! Jamais je n’aurais imaginé qu’il n’y avait qu’une visite le matin et une visite l’après-midi, sinon, je me serais renseigné plus précisément hier ! Banane !

Fort désappointé, j’avise un troquet pour manger une salade au poulet. Je prends mon temps car il pleut des cordes ! Bon cela ne se calme pas, heureusement que j’avais prévu les vêtements de pluie et le parapluie ! Je retourne au métro pour rallier ma chambre vers 15h00. Une petite sieste s’impose. Parce que ces visites urbaines, c’est quand même environ 10 kilomètres à pied tout les jours !

Il est 18h00, il pleut toujours …

Les photos du jour

Porto ne m’a pas plus impressionné que ça. Bien sûr, j’y suis resté peu de temps, peut-être faudrait-il prendre plus de temps pour l’apprécier d’avantage. Demain, cap au sud le long de la côte pour être, peut-être, le soir à Coïmbra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.