8 Septembre ; 5ème jour à cheval.

Un dimanche qui débute très bien ! Superbe météo même si il y a toujours du vent. Nous poursuivons, comme hier, de passer de vallées en vallées en traversant des rivières.

Nous côtoyons quelques familles dans leur yourte avant de se faire inviter à l’intérieur d’une « baraque » pour éviter d’être frigorifier par la bise pendant le pique-nique.

De plus, il y a une source qui inonde les alentours donnant de la bonne herbe pour les chevaux.

Il est difficile de renouveler les commentaires pour toujours décrire la splendeur des paysages dans lesquels nous évoluons depuis hier, et pourtant c’est toujours un régal !

Mais en fin d’après-midi, c’est le drame ! 🙂 Aïnazik , à l’approche d’une installation de berger, propose, c’est la cuisinière et intendante, d’acheter un chevreau. Et donc, d’assister à sa mise à mort. Grand dégoût affiché par 3 des 4 filles et donc, seule Maud reste avec nous (les 3 garçons).

Nous restons donc tout les 4 avec Taco. Celui-ci va avec le berger chercher le troupeau. Pendant ce temps nous sommes invités sous la yourte où nous attend un excellent plat de riz au mouton ! Le troupeau revient après de longue minutes, le chevreau est sélectionné, égorgé, dépouillé, éviscéré et finalement dépecé. Tout cela prend du temps dans le froid de canard de cette fin d’après-midi. Pour ceux que cela choque, ne regardez pas l’album dédié à cet événement, ici :  Mise à mort du chevreau

Retour aux fondamentaux ! Dans ces pâturages, la vie est simple et rude. Il n’y a pas de place, dans ces peuplades de tradition nomade millénaire, pour nos raisonnements occidentalo-centrés. Sans aucune fierté, j’ai apprécié ce moment de vérité brute où il nous a été rappelé que la vie est liée à la mort.

Totalement frigorifiés, nous rejoignons le campement du soir. L’ambiance est lourde car il apparait pour nos partenaires de voyage, qu’il est inconvenant d’assister à un tel spectacle… et comme, de plus, nous manquions à l’appel pour monter le camp …

Nous sommes ici pour découvrir, autant que faire se peut, comment vivent ces peuples issus du nomadisme traditionnel … mais il semblerait qu’il y ait des limites !

 

Les AUTRES photos du jour

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.