6 Septembre ; 3ème jour à cheval

Ce matin est identique aux précédents ; rien de passionnant ! Pour tromper les contraintes de rester à cheval, j’ai fini la matinée à pied avec Aïnazik en trainant « Robert » par la bride. Et juste après une traversée de rivière très aisée, nous nous sommes arrêtés près d’une yourte. Après une courte négociation, la maîtresse des lieux nous a invités à déjeuner à l’intérieur ! Ça, c’est sympa ! Je rappelle que nous sommes toujours à 3.600 mètres d’altitude et donc qu’il fait frais pour piqueniquer !

Après le repas, les palefreniers tardent à réunir les chevaux qui, de plus, doivent aller boire avant d’être bâtés ou montés. Alors, avec Aïnazik, nous partons à pied ! Quel bonheur ! Retrouver sa pleine liberté de mouvement, d’initiative et aussi se dépenser ! Pu… ! que c’est bon ! Même si Aïnazik marche très vite, c’est un régal car je découvre aussi que chacun sur son cheval, on ne peut guère discuter ! Alors, nous en profitons Aïnazik et moi pour échanger de façon très enrichissante … et dans un décor somptueux. Nous croisons quelques bergers avant que la troupe ne nous rejoigne ! Le reste de la ballade est plutôt sympa. Des traversées de rivières aux berges abruptes taillées dans le limon, une belle lumière …

Ça me redonne PRESQUE le moral ! Les palefreniers peinent a trouver un endroit adéquat où il y aurait de l’eau facilement car les sources sont taries. On tâtonne … On finit par s’installer sur un terrain un peu pentu avec toujours autant de peine pour monter la tente mess.

Sinon aujourd’hui nous avons encore parcouru presque 25 kilomètres ! Et mes nerfs sont à vif. Heureusement que j’ai pu marcher quelques heures parce que être coincé dans cette furieuse monotonie … ! Grrrrrr

 

Les 6 malheureuses photos du jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.